Le syndrome PACS1

Le syndrome PACS1 ou syndrome Schuurs-Hoeijmakers est une maladie neurodéveloppementale autosomique dominante (une atteinte d'un seul des deux allèles du gène suffit pour provoquer le trouble).

Le syndrome est lié à une mutation de novo du gène PACS1 (la mutation génétique est apparue chez un individu alors qu'aucun de ses parents ne la possède dans son patrimoine génétique). 

Le gène PACS1 (phosphofurin acidic cluster sorting protein 1) se situe sur le bras long du chromosome 11 (11q13.1-q13.2) et fournit des instructions pour fabriquer une protéine qui aide à transporter les molécules et autres protéines vers les cellules et les tissus là où elles sont nécessaires.

La protéine PACS1 se trouve dans un réseau complexe de membranes connu sous le nom de réseau trans-Golgi (TGN), qui trie les protéines et autres molécules et les envoie vers leurs destinations prévues à l'intérieur ou à l'extérieur de la cellule.

L'expression du gène PACS1 est la plus active au cours du développement embryonnaire et foetale, mais elle s'exprime également après la naissance, dans de nombreux organes, dont le cerveau.

Molecular characteristics pacs1 fr

Les patients porteurs du syndrome PACS1 présentent tous la même mutation génétique localisée au même endroit sur un seul brin d'ADN du chromosome 11. Il s’agit d’une mutation par substitution où un nucléotide est remplacé par un autre, à savoir une cytosine par une thymine, sur un des allèles du gène PACS1. Cette mutation est dite faux-sens, elle entraîne la modification de l’acide aminé codé, à savoir le changement d'une arginine en tryptophane à la position 203 (noté Arg203Trp ou R203W). Cette modification de la séquence d’acides aminés altère la structure de la protéine PACS1 et ainsi sa fonction. Cette version modifiée de la protéine PACS1 nuit au transport des molécules et des protéines, entraînant leur accumulation ou leur mauvais placement dans les cellules, interférant avec la fonction de la protéine produite à partir de la copie normale du gène PACS1.

Cette mutation unique, localisée au même endroit et identique chez tous les patients, rend plus prometteuse la recherche d'un traitement qui pourrait fonctionner chez toutes les personnes porteuses.

Les symptômes du syndrome PACS1

Malgré le faible nombre de patients diagnostiqués à ce jour, plusieurs études ont été réalisées (et d'autres sont actuellement en cours), permettant de mieux comprendre les atteintes dont souffrent les personnes porteuses :

Les personnes porteuses de la mutation génétique responsable du syndrome PACS1 présentent : 

  • une déficience intellectuelle légère à modérée,

  • un retard ou un trouble du développement psychomoteur,

  • un retard ou un trouble de la parole et du langage,

  • Les porteurs du syndrome PACS1 ont également des caractéristiques faciales communes telles que :

    • des fentes palpébrales tombantes (coin externe de l’œil tombant),

    • une lèvre supérieure fine,

    • des commissures des lèvres tombantes.

D'autres symptômes sont également notés chez de nombreux patients porteurs du syndrome, à des degrés divers, tels que :

  • un trouble du spectre autistique,

  • de l’épilepsie,

  • des pathologies visuelles (colobome, strabisme, nystagmus, anomalies réfractives...),

  • un trouble de l'oralité,

  • une hypotonie musculaire,

  • des atteintes au niveau de différents organes tels que le cerveau, le coeur, les reins ...

Histoire naturelle de la maladie réalisée par le Dr Anne T. Berg, PhD, publiée en février 2021

Plusieurs études ont été réalisées à travers le monde depuis la découverte du syndrome PACS1 en 2011, permettant d’approfondir les connaissances médicales sur cette maladie. Ces études sont très importantes pour les patients et leurs proches lorsque le diagnostic est posé, cela permet d’avoir un tableau de la maladie, même si chaque patient est différent et que les atteintes ne sont pas les mêmes. Ces études sont également essentielles dans le cadre de la recherche et d’un futur traitement.

Plusieurs scientifiques s’intéressent au Syndrome PACS1, dont le Dr Anne T. BERG (professeure à l’école de Médecine de Feinberg à l’Université de Northwestern et fondatrice initiale du PERC - Pediatric Epilepsy Research Consortium), qui collecte régulièrement des données sur les enfants porteurs du syndrome PACS1 sous la forme d’un questionnaire mis en ligne sur le site de la PACS1 foundation. Lors de la dernière analyse des données recueillies en mai 2020, 34 patients avaient participé à l’étude comparative du Dr Anne T. BERG dont les résultats sont regroupés dans les documents ci-dessous « PACS1 The natural history project » en version originale et « PACS1 L’histoire naturelle de la maladie » traduite en français.

Nom du fichier : PACS1 - the natural history project, May 2020

Taille : 575.01 Ko

Télécharger

Nom du fichier : PACS1 - Histoire naturelle de la maladie, mai 2020

Taille : 6.16 Mo

Télécharger